Les traitements : enjeux de la prise en charge d’un patient

Pour qu’un malade, atteint d’une maladie cancéreuse du sang, ait la plus grande chance de guérir, il doit être pris en charge dans une structure hospitalière susceptible de répondre aux exigences actuelles :

Le diagnostic

Le diagnostic est le fruit d’un travail pluridisciplinaire, coordonné sur place entre médecins cliniciens, chirurgiens et biologistes. L’analyse complexe des différents fragments du prélèvement permettra d’identifier les nombreuses catégories de tumeurs sur lesquelles portera la réflexion thérapeutique.

La concertation thérapeutique

Elle a lieu dans une structure particulièrement originale pour le traitement de tous les cancers à Grenoble qui est l’Unité de Concertation. Pour tous les patients, l’ensemble des données concernant le diagnostic, l’extension de la maladie, les particularités médicales du patient mais aussi les problèmes relationnels et psychologiques qui peuvent exister, sont analysés. La présence de l’ensemble des médecins du service, des radiothérapeutes, des biologistes, des chirurgiens, donne aux séances de concertation, une grande ouverture et garantit la qualité de l’indication thérapeutique qui en découlera pour la meilleure efficacité et la plus grande sécurité.

L’application des soins

Les traitements nécessaires aujourd’hui pour guérir les leucémies et les lymphomes nécessitent un personnel médical et soignant très spécialisé ainsi que des moyens de haute technicité qu’il s’agisse du secteur stérile pour les malades qui ont une greffe de moelle ou des outils de réanimation hématologique (nutrition, surveillance médicale permanente, confort…) indispensable pour faire tolérer, dans de bonnes conditions, les traitements curatifs et les nouveaux traitements à l’essai.

Le service d’hématologie clinique du CHU de Grenoble possède, pour les malades, les équipements les plus performants dans ce domaine. Son personnel fait tout pour informer le patient et sa famille (livret d’accueil distribué à tous les malades) et pour permettre une assistance psychologique optimale.

La recherche et l’innovation thérapeutique doivent être totalement intégrées dès le début de la prise en charge du patient dans la démarche thérapeutique. Elles sont toujours une chance de plus que l’on donne à chacun des malades qui n’aura pas pu guérir par les méthodes traditionnelles. Elles nécessitent une coordination entre différentes structures, comme cela a été réalisé au CHU de Grenoble avec :

  • Une structure de recherche fondamentale où sont élaborés de nouveaux concepts susceptibles de devenir de nouveaux traitements. C’est la finalité de l’Institut Albert Bonniot et du laboratoire TIMC qui travaillent en étroite collaboration avec les services cliniques sur des thèmes privilégiés (Le lymphocyte du manteau…
  • Une structure de transfert où sont préparés les nouvelles armes thérapeutiques pour les sécuriser avant de les appliquer aux malades. C’est l’unité mixte biologique de thérapie cellulaire qui est localisée dans l’établissement français du sang de Grenoble.
  • Une structure de soins spécialisés dans la thérapie cellulaire et l’innovation thérapeutique : c’est l’unité de greffe de moelle et de thérapie cellulaire.<
  • Une structure d’organisation et d’évaluation de la recherche clinique qui a été créée dans le département de cancérologie et d’hématologie du CHU de Grenoble.

Il ne suffit donc pas de prescrire de la chimiothérapie et de la radiologie pour être à la hauteur des espérances actuelles des malades.